La guimauve du dimanche (Deluxe Edition)

Brrr, il commence à faire froid et il faut songer sérieusement à se réchauffer en toute circonstance. C’est donc un bon jour pour pucciner (pucciner, verbe du premier groupe : action de dégouliner des mélodies certes faciles à l’oreille à tendance variétoche de luxe dans des tas de tonalités imbitables bourrées de bémols, provoque un plaisir irrépressible et est totalement addictif).

Moi, j’ai l’immense chance de pouvoir me rouler dans le sucre raffiné encore quatre fois (oui, ça se passe comme ça au bureau en ce moment : dans la fosse d’orchestre, on se vautre dans la douceur qui colle aux pattes, et bon sang que c’est bon !) jusqu’à dimanche prochain. Et dans mon immense bonté, je te propose de m’accompagner des oreilles dans ce voyage au pays de la bonne vraie guimauve. Le bonheur, c’est simple comme même pas deux heures d’opéra de Puccini. Enjoy !

La Rondine

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s