Ni noir, ni blanc (bien au contraire)

Je souris tout grand alors que mon corps fait la gueule en dedans. Pendant que la chaudière intermitte avec brio (et froidure), mes plantes – que j’essaye de tuer avec soin depuis des années – se portent comme des charmes. Il fait un temps à ne pas noyer une grenouille dehors et ma vie sociale pète la forme. J’ai un peu de mal à profiter de mon temps rendu libre pour faire un peu de musique à la maison, et pourtant Marcel n’a pas aussi bien sonné depuis des lustres. Même les bombes nucléaires nord-coréennes réussissent leurs essais en gazouillant gaiement. Je commence sérieusement à me projeter dans mon voyage ensoleillé du mois prochain, et pendant ce temps, ni vu mais connu, le grand Pierre Boulez tire sa révérence. Et j’ai beau être triste de son départ, je me réjouis que les bons moments que j’ai vécus sous sa direction aient tout simplement existé…

2016, année de la douche écossaise ?

Illustration idéale à coup de Piotr Illitch Division : Transmission.

8 commentaires sur « Ni noir, ni blanc (bien au contraire) »

  1. A force d’en voir partir 1 ou 2 chaque jour, on va finir par se blaser. Ousque tu pars en ouacances ? Comment ça tu pars en vacances ?! Encore ?!

    J'aime

  2. Tire autant la langue et passe à confesse ! Tu pars où ? Tu ne me vois pas mais j’ai les babines balbutiantes de salive et la langue qui pend

    J'aime

    1. Tu le sauras quand je serai suffisamment en forme pour être certaine de ne pas devoir rester coincée à la maison, promis (mais ça t’apprendra à te moquer des congés que j’ai gagnés à la sueur de mes petits doigts cornus, na)

      Aimé par 1 personne

      1. Oh ben non alors ! déjà qu’une mauvaise bronchite m’a privée de ces fêtes de fin d’année que je n’aime pas tant que cela ! Allez, une cure de vitamines comme mon petit rouquin velu. Lui qui bouffe tout et surtout n’importe quoi refuse catégoriquement d’avaler la cuillère obligatoire. Je sais désormais comment gaver les oies. Je peux me reconvertir. Et toi, va au soleil et à la lumière. Je crains que winter is bien là.

        J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s