Anémie féérique

Le diagnostic du jour est formel : il me faudrait ingurgiter des gélules de paillettes trempées dans un élixir pétillant, et mes dealers sont tous en rupture de stock. J’ai beau formuler ce matin des incantations pour transformer ma morne lucidité en volonté dévastatrice, le résultat est invariablement le même, un genre de gloubiboulga mou et gris pessimiste (quelle vilaine couleur !).

Je crois que je souffre de perméabilité météorologique aigüe… t’as pas de la drogue ? (ou un coup de pied au cul ?)

10 commentaires sur « Anémie féérique »

        1. Ben… faudrait déjà que je puisse supporter de ne pas les voir toute une journée… j’y arrive pas. Ils me manquent ces félons !
          Je ne suis pas exclusive, non non non

          J'aime

  1. Si j’étais en verve, je dirai « The Drugs don’t work ». Mais ne mélangeons pas l’Oasis au Chanpagne Supernova, et décollons la pulpe pour rester des gens simples. (Le narrateur alors se drappa dans sa cape d’invisibilité et partit sans bruit des commentaires)

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s