La recette de la semaine

Voici une recette simple à réaliser grâce à laquelle tu pourras épater tous tes amis. Elle m’a été inspirée par cette bien jolie photo de Funambuline (image qui n’est pas seulement bien jolie mais fort salivante, et je le sais d’autant mieux que j’ai eu le plaisir de goûter la bête de mes propres papilles).

Le bien beau bon burger du Non-Stop à Lutry
Le bien beau bon burger du Non-Stop à Lutry (clique dedans si tu l’oses)

Sois tout de même prévenu(e) : contrairement à la merveille de diététique ci-dessus, la chose sera probablement un peu difficile et à avaler et à digérer. Mais avec un peu d’astuce, d’espièglerie ainsi que la vie de Candy, tu devrais toi aussi pouvoir t’en sortir.

– Pour commencer, il te faut un bon gros pain de la boulangerie Wagner (au moins 11 heures, 11 heures 20, pas moins, ça serait dommage). Prends-le à la farine de Tristan et parsemé de Isolde (« ja, bin ich’s »). Coupe-le en deux moitiés. Tu poseras la première sur une assiette mercredi, et réserveras l’autre pour dimanche après-midi.

– En attendant, le mardi, lave et épluche un peu de verdure fraîche (deux simples répétitions de 3 heures feront l’affaire).

– Le jeudi, pose sur le pain fatigué de la veille une feuille défraîchie et un bon gros steak haché de chez Berlioz retransmis en direct.

– Berlioz fait aussi d’excellentes frites mais on ne les trouve qu’à la Philharmonie de Paris, avoue que ça serait dommage de laisser cette viande s’ennuyer toute seule ! On est vendredi matin, tu pètes la forme et tu es prêt à tout pour réussir cette recette, saute donc dans l’avion immédiatement.

– Tout ça manque un peu de fondant, non ? Le samedi, c’est cheesy donc c’est Tchaïkovsky, bien crémeux, mais en version allégée. Juste une tranche, allez, si si. Puis il ne te reste plus qu’à rentrer à Toulouse, car n’oublie pas que tu y as laissé un petit quelque chose…

– Eh oui, c’est dimanche, ta deuxième tranche de pain – qui entre temps s’est transformée en béton – n’attend que toi pour se refermer sur ton Mortal Kombat Sandwich.

Il ne te reste plus qu’à avaler tout ça avec un maximum de mastication, d’application et de plaisir en écoutant le générique de Mission Impossible en te trouvant décidément formidable.

Fastoche.

Si tu connais un bon dealer, écris-moi (car en vérité je te le dis : c’est la dernière fois que je confie l’intégralité du menu de la semaine à Marcel).

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.