La daube au fusil du samedi

C’est le nez au vent et l’oreille inconsciente que je suis venue non seulement te dire que je m’en vais, mais accessoirement tenter de te coller quelques trucs plus ou moins insupportables dans les oreilles. Tout simplement parce qu’à cause de ma destination première de cet été, je suis poursuivie depuis une semaine par un kilo de navets environ (à cette seconde, le lecteur est prié de visualiser la scène) et que, générosité oblige, j’en ai gloubiboulgué un grand ragoût immonde que je m’en vais partager avec toi.

Tu peux d’ailleurs partir dès maintenant si la daube de navets n’est pas ton plat favori, avec toutes mes excuses en bandoulière. Bisous.

Donc je pars en Italie me goinfrer de pizza et de baba au rhum gambader en croquenots et me culturer.

Sauf éruption dramatique je devrais même mettre mes pieds sur un vieux volcan.

Sait on jamais je rencontrerai peut être François François…

Et devine sur quelle île je randonnerai le dernier jour, hein ? (ce navet-là est plus long en bouche quand on profite de la vidéo, rien que parce que la nana qu’on y voit mérite largement une Potiche de platine).

Si maintenant tu me détestes au moins un peu pour tous ces vilains vers d’oreille, console-toi en te disant que tu ne me reverras pas trop (je vais tenter une désintox’ partielle, ça fera des vacances à tout le monde) avant au moins une semaine. Si au contraire tu as une louche d’épices à rajouter dans la sauce, ne te prive surtout pas !

Arrivederci !

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s