Ton souffle sur mon rouleau.

À bout de force et de mots, aussi. Donc merci Jean-Luc pour l’idée générale (et la coupe de cheveux de Jean), et merci à la Vénus pour l’absence de bras. Je vais mourir cinq minutes, heureuse d’être encore en vie, et je reviens tout de suite.

Lire plus