L’amour c’est du pipeau

Je me dis souvent en jouant/entendant du Brahms que je n’ai décidément rien compris – mais alors rien de rien – ni à la vie, ni aux sentiments, ni à l’extase, ni à la pureté, ni au bonheur d’être triste ou à la nostalgie de la plus belle des tendresses. Par exemple, quand je suis […]

Lire plus