Minuscule #microcritique

Si jamais cette bande-annonce (oui, celle pendant laquelle personne ne cause, celle qui se trouve en dessous, là) ne te donne pas suffisamment envie de découvrir Minuscule – La vallée des fourmis perdues de Hélène Giraud et Thomas Szabo, je ne peux rien pour toi.

Parce que je ne veux rien en dévoiler pour ne pas gâcher ton plaisir, à part dire que c’est vraiment un régal de voir un vrai bon film d’animation tous publics. Bon, dans la salle aujourd’hui, nous n’étions certes qu’une dizaine d’adolescents attardés d’en moyenne 35 ans, ça ne rend pas ce constat très objectif. Le propos – ici l’épopée bien troussée d’une coccinelle et d’une colonie de fourmis noires – et l’ambiance générale – bien plus film d’aventures avec références cinématographiques que tartouillerie mièvre rose bonbon pour petites poupées bien rangées – sont tricotés de patte de maître, tout ça sans un mot, et emballé dans une jolie musique. En plus on y trouve une araignée qui ressemble à une noireaude de Miyazaki…

Bref, s’il ne fallait que quelques signes pour le dire, et ça m’arrange vu que Boris Godounov est en train de me passer au rouleau compresseur lobotomisant soviétique, ça donnerait ça. Tu vas le voir, c’est un ordre.

Minuscule

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s