Paraît qu’y a pas d’sot métier…

Je penserai à ce gars quand pour la 983ème fois mon 983ème crayon un peu gras mais pas trop (le « spécial coups d’archets »), celui dont j’use et abuse pendant toutes les répétitions, sera avalé par le plateau maudit – oui, au bureau, la scène est composée de modules dont la hauteur est variable, et l’espace […]

Lire plus

Le Bollywood du dimanche

En fait, ça pourrait plutôt être celui de dimanche prochain en avant-première, si, épuisée par l’enchaînement au bureau entre la Symphonia Eroica et Une vie domestique – euh zut pardon c’est le contraire – du même Richard-Strauss-plus-difficile-tu-meurs, je décide de replonger dans un vieux travers qui généralement n’a pas son pareil pour me refiler la patate, à […]

Lire plus

4 minutes of Happy

Pourquoi quatre minutes ? Oh, déjà parce que je n’ai pas le temps de mettre mon nez dans la version de 24 heures. Mais surtout parce que de toute façon  je n’ai même plus le temps de faire la tête, tellement je suis occupée à tenter de dresser ma Symphonia Domestica pour ce soir (oui, […]

Lire plus

Les garçons et Guillaume, merci pour le dîner

Je suis celle qui refuse souvent d’aller voir des comédies parce qu’elle ne rit quasiment jamais au cinéma. Enfin, j’exagère… mais à titre de (mauvais) exemple (mauvais, parce qu’à mon avis c’est aussi l’adjectif qui définirait assez bien le film), pendant Quai d’Orsay – que j’aurais pourtant aimé aimer – j’ai failli étriper le monsieur […]

Lire plus

Turbo

Dans une autre vie j’ai été efficace, concentrée, rapide et tenace. Depuis que je fréquente les réseaux avec un peu trop d’assiduité, force est de constater que ce qui est maintenant rapide et tenace chez moi, c’est plutôt ma capacité au rien-branling. Mais bon, voilà, en ce moment, pas le choix : sur la première […]

Lire plus

La daube Of The Rings du dimanche

Il brume sur la ville comme il grelotte dans mon corps, voilà qui me parait être un excellent prétexte pour ne pas être indulgente et trouver que décidément, la harpe mal accordée jouée par une paire de blondes au sourire figé et débile, c’est pénible/ridicule (ne rayer aucune mention inutile). Camille and Kennerly – Lord […]

Lire plus

Murder On The Dancefloor

Le joyeux film catastrophe a commencé en début de semaine, il s’achèvera ce soir et dimanche, et j’avoue que je trépigne d’impatience : c’est un chouette musicien qui tient la baguette et j’ai confiance en lui, il saura faire sourire et la musique et les interprètes. Au programme, entre autres, La Valse de Maurice-mon-amour Ravel, que nous […]

Lire plus

Un conte d’Anderson

C’est léger et inutile comme un matin, ce machin (pas très légèrement) sponsorisé. C’est un peu Le vilain petit bolide sauce napolitaine, avec une bonne dose de clichés, Jason Schwarzman, du rouge, du jaune, un chat et une poule morte. Mais Wes oblige, j’ai souri en grand. Wes Anderson – Castello Cavalcanti

Lire plus

Tata au pays des Soviets

Hasard amusant : alors que encore tout récemment Barbie Soliste (voir l’épisode précédent) s’essayait sans succès à me faire replonger dignement dans une bonne vraie atmosphère à la Chostakovitch – à savoir une envie de suicide immédiate assortie de la consommation d’une boîte familiale de Kleenex en environ 30 minutes – il en aura fallu […]

Lire plus