From Russia with boots

Maintenant je sais pourquoi le petit Gilbert B. bassinait tout le monde avec le guide qu’il avait triomphalement trouvé sur la Place Rouge : errant sur ses pavés humides et sous un ciel hésitant, photographiant Saint-Basile-le-bienheureux en contrejour, il cherchait sans doute lui aussi désespérément la billetterie du Kremlin – oui, le Kremlin, c’est aussi un paquet de musées, cathédrales et autres bidules à bulbes qui, dit-on, il faut voir. N’ayant jamais rencontré Nathalie, et après une heure de marche inutile autour des bâtiments, j’ai donc dû me contenter de m’extasier devant des bottes.
Et pas n’importe quelles bottes, hein, de la botte qui marche haut et qui claque, de la botte qui relève la garde devant le mémorial de la guerre de 41-45 (oui, ici, la deuxième guerre mondiale est différente). On peut admirer le joli point de vue que j’avais sur ce jeu de pas de l’oie par ici (https://vine.co/v/hpvJBuzB71P), je te laisse imaginer à quel point, moi qui suis extrêmement portée sur la chose militaire et l’apparat, je frissonnais d’émotion. En effet, jamais de ma vie je n’avais vu d’aussi près des bottes aussi… effrayantes ? Ridicules ? Chorégraphiques ? Agressives ?
Allez, on va dire : brillantes du mollet.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.