L’argent du beurre

Après une nuit peuplée de rêves débiles-mais–finalement-pas-tant-que-ça-quand-on-y-pense, j’en suis arrivée ce matin, en laissant ma réflexion vagabonder un peu, à la conclusion interrogative suivante : je me demande (parce que j’aime enfoncer les portes ouvertes, beaucoup, ne m’en veux pas) si en profitant mieux du présent je n’arriverais pas à me débarrasser un peu – […]

Lire plus

Le monde est stone

Rentrer au port (avec un t) et constater qu’on est indéniablement bronzée. Physiquement, pas tant que ça, mais au moins dans la tête : le soleil est sans aucun doute entré là, mais à vue de nez il n’y a frit ni mon neurone de la contemplation rêveuse, ni celui de l’enfance qui s’attarde, vu […]

Lire plus

Skyfallsky

Les Compagnons de la Chanson Rouge sont toujours en forme, pas de doute.

Lire plus

L’ombre de mon hombre

C’est un été studieux à petites doses régulières et du coup totalement auto-satisfaisant : j’ai renoué avec mon mari instrument des contacts sensuels et émotionnels qui s’étaient un peu distendus cette année. Je ne regrette donc absolument pas d’avoir eu peur d’oublier Marcel dans tous les trains que j’aurais pris ce mois-ci. Ça mérite bien […]

Lire plus

Blanquette de chèvre

Impossible de ne pas la reconnaître : blanche, jeune, rêveuse, perchée face à la vue et pleine de grandes illusions. La chèvre de Monsieur Seguin is not dead !

Lire plus

Les fesses

Je pense que les vaches ont un genre de Politburo qui définit chaque matin au cours d’interminables réunions une Direction d’Action de Ruminage (ruminerie ?) Commune Obligatoire. Direction (géographique, s’entend) à laquelle les gentilles bestioles se soumettent comme une seule tête, acceptant donc de brouter toutes tournées dans le même sens pour un temps donné. […]

Lire plus

Les sentiers de la cybergloire

Je viens de tenter de rendre le félin familial riche et célèbre en le déguisant en Totoro avec des découpages, comme sur les internets. Au bout de 20 minutes j’ai dû me rendre à l’évidence : on ne peut réussir ce machin correctement qu’avec un chat mort.

Lire plus

Solo

Parce que j’aime monter au lac en fin d’après-midi toute seule, juste pour le plaisir. Parce qu’il n’y a qu’en solo qu’on pêche vraiment bien les moutons.

Lire plus

Femme à poil

Non mais pas trop quand même, hein. C’est juste que la saison étant propice aux méditations philosophiques intenses, je me demande si un jour je réussirai à partir en vacances/tournée/conférence de prix Nobel/n’importe quoi en ayant pensé à m’occuper de mon poil aux pattes à coup de moissonneuse-batteuse autrement qu’à 3 heures du mat’ quand […]

Lire plus