Home sweet home

Tout était merveilleux : la bronchite, les valises sous les yeux et sur les tapis à bagage, les trois bis à offrir à chaque concert à un public debout, découvrir fugitivement de nouvelles villes et vivre un vrai hiver tout blanc et sans couleurs de deux semaines. Je suis heureuse, vraiment. Mais il est si […]

Lire plus

Larguez les Damarts #9

Avant de quitter Vienne pour cette autre contrée germanophone et bièreuse qu’est la Bavière, et ne sachant pas trop si j’aurais une seconde à moi pendant cette folle dernière journée de tournée, je te laisse un jeu bête. Avec un peu de chance, ça va me générer un paquet de suggestions débiles et/ou tendancieuses et […]

Lire plus

Larguez les Damarts #8

Depuis hier, et j’avoue que ça compense la fatigue et l’envie de retrouver les pénates qui monte qui monte bien plus vite qu’une petite bête, Vienne a volé au ciel sa couleur blanche. Vienne se prend pour un Apfelstrudel et s’est habillée de Schlagsahne. Eh ben tu sais quoi ? Tout ce froid la rend […]

Lire plus

Larguez les Damarts #7

Que voilà une bonne idée du zapping d’atmosphère que nous avons subi en arrivant à Vienne par la Baltique : à ma gauche, un toit de Tallinn, à ma droite un toit d’une sobriété toute viennoise. Alors dans la catégorie frigo américain, c’est Tallinn qui gagne avec son distributeur de stalactites intégré. En revanche, côté […]

Lire plus

Larguez les Damarts #6

Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant d’avoir tué un œuf, à ce qu’on raconte (ou un truc dans le genre). Eh ben pour cette saison 21012-2013, il semblerait que le passage en tournée par des pays où non seulement on épluche des ours, mais en plus on en fait du pâté, […]

Lire plus

Larguez les Damarts #5

Au revoir, Madame la Baltique, tu aurais mérité plus long. Et Tallinn est belle sous la neige. Je cours, j’ai avion pour le pays de la Wienerschnitzel.

Lire plus

Larguez les Damarts #4

Tout ce que j’aurai réussi à voir de Vilnius c’est son ciel si blanc qu’un flocon gris s’est pendu. Et visiblement l’ambiance que ça crée laisse même les Chérubins songeurs…

Lire plus

Larguez les Damarts #3

Je garde l’autre titre parce que je n’ose pas le « Moi Warsawa, et toi ? », en fait. Trois heures pour voir Varsovie et ne pas mourir, c’est court mais c’est toujours mieux que rien, va… au moins j’aurai réussi une prise de contact autre que professionnelle avec la terre de ma Momie (paix à son […]

Lire plus

Larguez les Damarts #2

Je le savais, en épousant Marcel, que c’était un grand angoissé : ce violon est un faux calme, et certains jours, j’ai beau le savoir, ça m’agace parce que je préfèrerais qu’il sorte un peu plus ce qu’il a sur le cœur mais passons… Passons parce que d’autres fois ses angoisses génèrent des situations risibles. […]

Lire plus