Histoire d’Ours

J’ai toujours été une Pompon Girl.
Je parle de François Pompon, pas de ma capacité à dessiner des lettres avec mon corps en hurlant des slogans déguisée en Barbie-jupette (quoique je suis certaine que ça aurait du succès, j’y songerai si le violon m’ennuie). Mais c’est pas ma faute, le monsieur a laissé à Dijon sa patte d’ours, avec son joli look épuré si typiquement années 20, au beau milieu du Jardin Darcy, en plein centre. Voilà deux clichés de la version dijonnaise (une autre existe au Musee d’Orsay) de ce coupable délicieusement pataud.

20121223-180420.jpg

20121223-180543.jpg

Et ben breaking news, je crois que ça se profile bien pour la carrière de mon ours-madeleine : il semblerait que ça soit lui le nouveau Hello Kitty ! Bon, niaiserie à part, la version rose de l’ours suspendue sous la Porte Guillaume m’a beaucoup fait sourire ce matin, j’ai trouvé cette touche d’humour dans la déco de Noël dijonnaise plutôt originale, dans le sens positif du terme.

20121223-213403.jpg

20121223-213416.jpg

2 thoughts on “Histoire d’Ours

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s