Mélodie en sous-sol

Je crois que c’est la première fois depuis toutes ces années passées à Toulouse, où l’orchestre – mon orchestre – assure en parallèle une saison symphonique, une saison lyrique et une partie des spectacles donnés par le Ballet du Capitole, que ça arrive : ces deux dernières semaines nous avons d’abord donné un programme en concert symphonique, avant de descendre dans la fosse pour servir de bande-son live à un spectacle intitulé Stravinski et la danse.

S’adapter à une chorégraphie c’est tout un monde : le chef perd toute indépendance, il dirige le nez rivé sur les pieds, tout change de tempo (l’idée étant d’éviter que les danseurs se cassent la gueule ou fassent un arrêt cardiaque), et il faut tenter, d’un spectacle à l’autre, de faire le plus possible le pire truc potentiellement ennuyeux du monde, à savoir se photocopier soi-même. Et comme de là où je suis en général je ne vois rien de rien, et ne fais qu’entendre des bruits de pas et de sauts qui résonnent dans la fosse et sous la scène, il m’arrive fréquemment d’imaginer ce genre de scène en assurant à l’aveugle mon service de ploum-ploum girl des seconds violons.

Heureusement, cette fois le répertoire était à mille lieues d’être chbarbant (Pulcinella est délicat mais très agréable à jouer) et puis, luxe luxe luxe, une fois cette œuvre passée, ma mission musicale était achevée et j’ai pu aller découvrir les deux autres chorégraphies proposées aux spectateurs, à savoir celle de Jiří Kylián pour la Symphonie de Psaumes, et (coup de cœur) les pas canailles et plus déjantés de Stijn Celis pour Les Noces

Quel bonheur de voir s’exprimer sur scène celles et ceux pour qui on joue ! Je n’avais pas pris le temps d’aller me poser devant un ballet depuis des lustres et voilà qui m’a donné des regrets et surtout des envies.

Et puis, c’est l’occasion ou jamais de (re-re-re) dire mon coup d’amour pour la musique d’Igor, encore (Igor, j’adore). Car Les Noces étaient certes portées par une chorégraphie convaincante et bien exécutée ce soir-là ; mais avant tout (parce que c’est mon rayon, sans doute) elles sont pour moi une merveille de pièce qui gratte, qui choque et frappe par sa bizarrerie traditionnelle et son folklore moderne. Elles crient, déclament, festoient et rient ; elles sont rêches, exotiques, crues, et à mon avis au moins aussi choquantes que le Sacre du Printemps. Donc forcément, j’aime.

Le premier tableau : La Tresse.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s