Haine cordiale

Aujourd’hui je me ferais bien la gueule, vraiment. Mais le truc c’est que j’ai toujours détesté déjeuner seule, il faudra donc que je fasse avec. Quelle plaie. Heureusement, l’essence même de mon travail, une des raisons pour pour lesquelles je vais au bureau pour tenir Marcel dans mes bras – décidément, que deviendrais-je sans lui – c’est que les émotions de la musique n’ont pas grand chose de matériel, et qu’elles savent aider à prendre du recul avec le plancher des vaches et les bouses du quotidien qui le parsèment. Devenant parfois, mais seulement quand c’est pratique, le meilleur prétexte du monde pour mépriser l’emballage dans lequel le grand univers m’a conditionnée.

Aujourd’hui, à tous les coups, on me dira que c’est génial comment je m’investis dans la musique qu’on joue, même quand c’est juste une répétition. Sauf que je ne vois toujours pas où est le mérite de sauver sa peau d’autruche en profitant de la situation, moi…

Aujourd’hui – comme certains autres jours, hein, faut pas s’imaginer – c’est la Saint Exutoire, bonne fête à tous les exutoires !

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.