Grandeur et un brin de décadence

Au-delà du réel et surtout aux confins du bizarre grinçant qui met mal à l’aise… The Greatness est signée Yi Zhou et danse avec les rêves pas très clairs d’une musique d’Ennio Morricone. Assieds-toi, tu vas voir, c’est étrange et assez fascinant.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.