Le matin, c’est le mal.

Pour toutes les fois où j’ai essayé de faire infuser une boîte entière de thé parce qu’elle est ouverte à côté de la théière. Pour tous les siècles que j’ai passés devant un frigo ouvert, figée, un steak haché ou un bocal de cornichons à la main. Aux plaques de beurre qui m’ont atterri sur les pieds. Aux tartines dont la confiture a confit mon carrelage dans le sucre. À un des rares matins de ma vie où je suis sortie avant de déjeuner sur une envie de croissant, ce qui m’a valu de me faire renverser  par un bus. Le matin, c’est le mal.

The Butterfly Effect.

4 commentaires sur « Le matin, c’est le mal. »

  1. Je plussoie.
    Ce matin, au réveil, dans la cuisine, je tombe sur la énième bêtise de la Crapouille qui se lève subrepticement avant tout le monde sur les coups de 5h30 : Et une boite de lait en poudre répandue dans toute la cuisine, une.

    Tu t’es fait renverser par un bus ?!?

    J'aime

  2. Tu nous fais des frayeurs toi !
    Sinon y’a aussi pas mettre le bon breuvage dans le biberon pour l’enfant. Pas mal dans le genre… M’enfin de toute façon je suis pas du matin sauf quand le petit déj est tout prêt comme l’hôtel ce qui n’arrive donc quasi jamais (sauf à l’hôtel).

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.