Un dimanche chez Ludwig

Entre deux tonnes de poussières de plâtre post-travaux, je suis tombée sur ce petit bijou qui danse à merveille devant les yeux au son du final de la 2ème de Beethoven. De quoi achever de réveiller mon manque de musique et d’orchestre (ne me torture pas, j’avoue : je n’ai pas touché Marcel du mois d’août, mais il s’avère que la glandouille intégrale d’été reste un des meilleurs moyens que j’ai trouvés pour avoir très envie de retourner au bureau). Car oui, mon troupeau commence à me manquer.

Bon, je repars juste quatre jours et puis on dirait que je songerai à mes notes en rentrant ?

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.