La leçon de musique

Depuis hier soir qu’on répète avec le brass band de (et avec) Wynton Marsalis pour le concert de demain nuit, je prends des claques et j’aime ça.

Non que je sois spécialement atteinte de masochisme. Mais jouer sa Swing Symphony restera pour moi un grand moment bien marquant (même si elle est loin d’être simple et que comme on touche à un style et un répertoire qui sont à mille lieux des nos clous habituels, on en bave des ronds de chapeaux). Jamais je ne m’étais retrouvée face à tout un groupe de musiciens aussi incroyables. C’est pas compliqué : la mâchoire m’en est tombée hier à 20h, je n’ai toujours pas réussi à la refermer et il y a de fortes chances pour que ça dure encore longtemps après le concert. Je me sens petite, si petite, ma béatitude épatée m’illumine, je suis devenue une ampoule LED de bonheur musical.

Et pourtant, le jazz – terme trop vaste, je sais – n’est pas spécialement ma tasse de thé, vu que c’est un style pour lequel je suis restée bloquée dans les années 50-60. Ce qui tombe bien en fait : le grand Wynton donne dans le genre qui me convient (avec la formation que j’aime), celui qui dégouline au saxophone en noir et blanc dans un film noir avec Bogie, celui qui fout la patate à coup de be-bop endiablé, celui qui a la classe d’un charleston chic, celui qui tape sur des cowbells dans des chorus quasiment vaudous, celui qui pleure du blues à en faire fondre une enclume. Celui qui à coup de congas plus ou moins en furie me rappelle irrémédiablement une des plus belles bandes originales qui soit, celle de La soif du mal d’Orson Welles, signée Henry Mancini.

Soupir de joie et d’impatience…

3 commentaires sur « La leçon de musique »

  1. Quoi, que vois-je, halluciné-je, en plus il y a Youn Sun Nah en première partie, LA chanteuse que j’aime tant et que je n’ai pas pu écouter salle Nougaro parce que c’était déjà complet quand je me suis réveillée. Ecoute-la pour moi, elle est géniale!

    J'aime

    1. J’ai pas tout aimé (souvent trop langoureux pour moi, mais c’est vraiment une affaire de goût). En revanche, vocalement et scéniquement parlant (même sur un écran vu de l’arrière-scène) ça avait l’air de donner 🙂

      J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.