Fouich, zip, crac, blong, etc

De la bizarrerie d’un planning passé de la densité la plus totale, avec heures sup’ à la maison obligatoires, invasion parentale et apprentissage quasi par cœur de trois heures et des grosses brouettes de musique germano-teutonne à… l’attente. Car nos représentations de Tannhäuser sont très dispersées (mais on n’a pas le choix, sinon on risque de retrouver nos chanteurs aphones). Par exemple on joue ce soir pour la première fois depuis la première, j’ai très très peur d’avoir tout oublié.

Et puis avec des représentations « du soir » à 19h00, ça donne des drôles de journées. Il faut chauffer mais garder des forces. Il faut partir très tôt aussi, et du coup les heures s’écoulent dans l’attente de cet espèce de pavé pour lequel, comme pour un semi-marathon il faut être à fond mais pas trop. J’ai l’impression de me préparer à partir à l’assaut, et ce en boucle depuis 15h00… Sauf que moi, j’essaye d’utiliser mes neurones.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.