White noise

Enfin du rien. Enfin aucune échéance pendant quelques jours, à part celles que je me fixerai pour moi-même parce que j’en ai envie. Enfin du vide, juste habité à chaque fenêtre laissée ouverte dans mon esprit (à savoir très souvent, rabâcher une partition pendant trois semaines, ça a un prix) par le fantôme de mon opéra du moment.

Mais à quel prix…une machine impossible à traîner, un corps de 28 tonnes, un esprit plus mou qu’un chamallow fondu et une hébétude sans fond. Demain sans doute, je trouverai ce soulagement merveilleux. Demain, certainement, oui.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.