Les daubes que je n’ai pas ramenées en souvenir (du dimanche)

Partir en virée musicale avec de la place dans la valise au cas où je trouve une broutille plus ou moins exotique à ramener, histoire d’encombrer un peu plus mon raisonnablement petit espace est devenu un réflexe. Et une fois sur place, j’ouvre les yeux histoire de tenter de sortir des sentiers battus et d’éviter les pléonasmes gadgets inutiles, (sauf au Japon, le seul pays exclu de la règle anti-crétinerie stérile, parce que c’est comme ça). Donc j’élimine, j’ai appris à dire non, et je trouve toujours des bonnes raisons.

Dans la série des trop encombrants, par exemple, vu à Maastricht, ce lapin Miffy qui me rappelle des bouquins de mon enfance (si si, la preuve) mais bon, un mètre de haut c’est un brin pas discret, comme regression. Quand à la superbe Buick croisée à Rosario, j’aurais eu du mal à la caser en bagage cabine, je crois.

Dans la série qu’on pourrait prendre au second degré et encore, mais finalement non non, vraiment pas, une Barbie vintage ou des magazines qui parlent de Klaus Barbie et ses copains (vus sur un étalage de brocante en Argentine, la caricature totale).

Dans la série c’est un peu compliqué, je n’ai pas pu non plus ramener le gars qui m’a fait un joli cœu-cœur dans mon cappuccino ce jour de pluie à São Paulo. Ni un dessin à la noix au henné que je me serais fait faire en sirotant de l’eau de coco pendant trois siècles au bord de l’eau à Ipanema, le genre de truc difficile à assumer hors contexte (et accessoirement sur scène dans une tenue de pingouin en deuil).

 
Dans la série « ni Dieu… » j’ai évité à Buenos Aires de me frotter à l’une des trois divinités du lieu (les autres étant Carlos Gardel/le tango, et le dieu lui-même) et ai refusé sans grand mérite tous les machins immondes étiquetés ballon rond. Quand aux myriades de statues du Corcovado Man (même en couleur et pelucheuses), au secours. Ou alors, il me faut des toilettes séparées de la salle de bain.
Ce qui fait qu’au bout du compte, à force de croiser des bouses, je n’ai quasiment rien ramené (à part des mitaines de fifille chaste et pure en alpaga tout doux, car oui, on était en automne là-bas).
Pour le « … ni mètre », donc (oui, je sais, c’est follement drôle), mon seul regret restera peut être, finalement, un machin super crétin d’un total mauvais goût.

5 commentaires sur « Les daubes que je n’ai pas ramenées en souvenir (du dimanche) »

  1. Je ne crois pas connaître un seul mec qui (sup)porterait sans grincer ce tablier, même parmi les plus modestes et auto-dérisionnesques.
    Heureusement qu’il y a ton joli cappuccino au milieu de ce musée des horreurs!

    J'aime

      1. Ce tablier m’inspire deux pensées contradictoire. La première c’est qu’il faut à un mec des trésors d’autodérision et l’intelligence de ne pas rapporter la virilité à la taille de ses organes (heureusement qu’il y en a qui ont conscience que « un mètre, ça sert à rien »), et la seconde c’est que les autres, les machos/co*****s, puisque c’est un tablier et pas un jean ou un déguisement de super héros, pourraient y lire la preuve que la cuisine est un truc de gonzesse. Je crois que je connais un peu trop de co******s- pardon, de machos assistés-, moi. Particulièrement dans mon entourage professionnel en fait. Hélas…

        J'aime

        1. J’avais un peu les mêmes pensées, mais décidément dans cette histoire c’est l’humour qui peut sauver la donne 🙂 (et condoléances pour les c***ards)

          J'aime

  2. Ton article est chouette, malgré les choses hyper particulières que tu as rencontré.
    Je suis plutot adepte. En mm temps, si il n’ y avait pas tout çà çà ne ferait pas le charme du pays (bon j’avoue le tablier, c’était pas nécessaire) 🙂
    Bref, le capuccino ca donne envie, même si j’aime pas j’aurai fais l’effort d’aimer juste pour avoir un coeur dans mon café.
    XOXO

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s