Ils jouaient du piano debout

Comment sauter des fleurs au piano comme on saute du coq à l’âne ?

Très simple : poster une photo d’un bouquet de pivoines qui commence à mourir, parce qu’il n’y a rien de plus mousseux, touffu, beau et délicatement odorant (ce qui ne se voit pas à l’image, je sais) et que décidément j’aime j’adore j’adule les pivoines. Même roses.

Et enchaîner sans aucune transition (par pure flemme) sur la découverte sympa du jour.

cdza, Pianists in Paris

5 commentaires sur « Ils jouaient du piano debout »

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.