Pirates !

Je suis encore toute réjouie de m’être botté l’arrière-train pour aller voir le dernier bébé de chez Aardman Animations hier soir tard. Car le Saint Spaghetti m’en est témoin, je tombais dès 19h00 (toujours pas dormi assez pour gommer la fatigue de tournée) et cette avant-première m’alléchait autant qu’elle me coûtait.

Mais non seulement il s’avère ce matin que, sans ça, j’aurais dû faire une croix sur la version originale (c’est vrai qu’une seule et unique séance en VO pour ce film dans un micro village comme Toulouse, ça suffit amplement… franchement, ouate le phoque, non ?). Mais qu’en plus, j’ai bien fait de m’asseoir sur la minable traduction française du titre pas alléchante du tout parce que j’ai ri comme une bossue. [Honnêtement, Les Pirates, point d’exclamation, Bons à rien, mauvais en tout, on est bien d’accord que ça donne pas envie, si ? Au pire, ils auraient dû se contenter de supprimer le Band Of Misfits. Mais bon, c’est anecdotique, c’est pas comme si le fait que la France est polyglotte comme moi je suis pape était une nouveauté.]

Voilà, j’ai grogné un peu, donc maintenant je peux le dire : je me suis régalée. Le Capitaine Pirate roi des losers en manque de paillettes et de célébrité, les soirées jambon, le roucoulement du « perroquet », l’apparition de Darwin, la Reine Victoria qui se croit dans Alice… très vite on comprend que l’histoire est délicieusement branque. Et là où c’est bon c’est que cette exubérance ne faiblit pas, ou juste d’un mini-poil de barbe aux 2/3. Et que pour la soutenir (l’éxubérance, pas la barbe), il n’y a pas que le fabuleux boulot d’animation, mais aussi des images pleines de petites conneries cachées. Je crois que j’ai raté plein de détails délirants/croustillants tellement ça déborde de partout.

Sinon, quid de la 3D ? Pas ébouriffante car pas utilisée à des fins « sensationnelles », mais pas négligée non plus : Peter Lord et John Newitt l’ont utilisée en reculant au lieu de se contenter d’envoyer une fois de temps en temps un tentacule de calamar ou un sabre dans la tronche du spectateur. C’est donc assez confortable, certes, mais intéressant. Et pour le reste, juste vas-y, c’est de la bonne et j’ai peur de spoiler à force d’enthousiasme (en plus on y entend les Clash et Supergrass). Moi, j’y ai encore trouvé une excellente  raison de pardonner au réalisateur de m’avoir tuée dans Chicken Run.

Une jolie featurette en british dans le texte avec Hugh dedans. Ah, Hiou…

2 commentaires sur « Pirates ! »

  1. Alors là tu m’espantes. C’est hyper-méga-vrai que vu le titre je n’imaginais pas un poil de barbe ou de ce que tu veux qu’il y avait une mini-chance que ce soit bien!
    Bon ben mon programme de vacances s’étoffe gentiment. Merci!

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.