Un peu d’analyse harmonique

Il faut parfois savoir rétablir des vérités. Donc non :
– une sixte napolitaine n’est pas un plat de pâtes multicouche.
– une demi-cadence n’a rien à voir avec le ramollissement du DJ en milieu de soirée.
– un accord de quarte et sixte n’est pas une nouvelle manière de tricher au poker.
– une septième diminuée n’est pas une souffrance chronique dans les vertèbres.
– une tonalité relative n’est pas la mélodie de mise en attente d’un standard téléphonique.

Et last but not least, rien que pour faire plaisir à Armalite, non, une tierce picarde n’est pas un truc à trois organisé avec des gens originaires du nord de la France.

Voilà, je retourne à la fabrication de mon torticolis SNCF (on est en transhumance pour Lyon à cause du/grâce au concert de ce soir). Impossible de mettre d’où je suis la main sur le reste de ce sketch de Jean Yanne, où il disserte sur La grande fugue de Beethoven. Faute de quatuor, on mangera donc de l’orgue. Croustillant aussi.

4 commentaires sur « Un peu d’analyse harmonique »

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.