La daube réchauffée du dimanche

Celle-là en plus elle est bonne : on l’a faite cuire en plusieurs fois toute la semaine, et puis on l’a servie en concert hier soir. Et comme c’est bien connu, ces machins-là, c’est meilleur réchauffé, je ne résiste pas. Il s’agit de l’abomiffreuse transcription de la Toccata et fugue en ré mineur BWV 565 de Bach par le chef Léopold Stokowski. Ça te dit rien ? Mais si, souviens toi, c’est le moment que moi j’ai toujours trouvé vraiment rasoir dans Fantasia. Une chose est sûre : c’est pas ce machin qui m’a donné la vocation…

Non seulement c’est moche, mais en plus ça abime une très douce madeleine télévisée d’enfance, les cinq minutes que mon frère et moi on attendait avec impatience avant d’aller se coucher. Ah, Il était une fois l’homme

2 commentaires sur « La daube réchauffée du dimanche »

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s