La daube-daube du dimanche

Mon dimanche est depuis longtemps annoncé pauvre en daube : je profite avec délectation de ma journée molle, et un énième festin de retour d’été m’attend ce soir, avec derrière les fourneaux un gars dont la cuisine gastronomique est le métier. Mes papilles en sont d’ores et déjà chaudes comme la braise (donc je jure que je ne me plaindrai presque plus de ne pas arriver à larguer le lard que j’ai fabriqué en vacances).

Devant cette triste absence (de daube, pas de gras), j’ai soudain et par flemme eu envie d’une redite, et ai donc choisi, en guise de tarte pour le dessert cu-cul sucré, la splendide performance (quasi espérantesque ce Hallo Boy !) des sœurs Kessler au Concours Eurovision du napperon en dentelle sur la télé de 1959. Et pourquoi ? Ah mais tout simplement parce qu’aujourd’hui, tout le monde ne parle que de jumelles.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.