Underground French Touch

Bonbons, chocolats glacés… demandez le programme !

Ce soir, je me régale d’avance de pouvoir proposer au public des œuvres françaises assez peu jouées. Certes, elles faisaient partie des pièces que nous jouions beaucoup et bien avec notre chef du siècle dernier, mais voilà bien longtemps qu’on ne les avait pas entendues dans le coin. Bon, certes, la suite de Pelléas et Mélisande de Fauré, avec son néo-romantisme tendre et caressant, reste assez fréquemment donnée. Mais c’est beaucoup moins le cas pour les extraits du ballet Bacchus et Ariane de Roussel ou les Valses nobles et sentimentales de Ravel, et j’avoue que je trouve bon de sortir des éternels tubes battus et rebattus, si beaux soient ils.

La musique de Roussel me parle. Pas seulement parce que son Festin de l’araignée était au programme de mon tout premier vrai concert d’orchestre dirigé par un vrai chef quand j’étais bébé à Dijon. Je lui trouve des harmonies crues et osées, des sonorités bien faites, et surtout une maîtrise de l’écriture et un sens de la description vraiment particulier. Une bacchanale pour l’exemple ?

Vodpod videos no longer available.

Quant à Maurice… je l’aime, on le sait, on dira que je ne suis pas objective. Ça m’agace donc un peu que ses Valses nobles soient souvent  traitées comme de pauvres petites sœurs de l’autre (la Valse, la grande, la « vraie ») : bijoux elliptiques, petites évocations, délicates miniatures (délicates à jouer aussi, d’ailleurs) (stress), elles sont autant de variations d’atmosphères que de sales bémols à la clef (re-stress). Mais moi, là-dedans, j’ai un peu l’impression d’être Alice au pays des merveilles, de danser sur du gazon bleu en poils de lapin ou de humer des parfums subtils et addictifs : je m’envole dans l’espace, là où personne ne m’entend planer. Et sur ces deux extraits, je m’en vais me déguiser en étoile.

5 commentaires sur « Underground French Touch »

    1. Non non, je me suis lavé les cheveux 😀

      [Je ne résiste pas à cette réponse qui est toujours la bonne quand un gars te demande « Ah, t’as été chez le coiffeur ? ». Garçons, on vous aime aussi pour vos temps de réaction un peu longs à nos envies de changements de look, rassurez-vous]
      Mais oui, oui, tu ne berlutes pas 🙂

      J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s