Sous le soleil exactement #2 : répondeur

Bonjour, je serai aux abonnées absentes ce weekend. Mais je vous laisse avec un souvenir de rêvasserie doublé d’un exercice de relaxation sourire :

Imaginez-vous allongé sur un sable fin doré. Oui, vous avez fui la joyeuse agitation populaire du dimanche, et ces jeunes autochtones qui organisent des pique-niques/barbecues en amenant des sonos et des tables de mixage pour fêter leur jour de repos en dansant dès le matin. Vous avez fui les douces odeurs de la cuisine des lolos, les petits restos de plage locaux, vous êtes plus loin, là-bas au fond de l’anse des Salines. Les Caraïbes sont un peu agitées, mais c’est normal, car l’Atlantique est tout près : il y a de gros rouleaux un peu effrayants pour le baigneur lambda, mais le soleil les rend encore et toujours couleur turquoise. La température avoisine les 30°, mais en vous éloignant de la foule, vous avez trouvé une jolie place à l’ombre sous un bosquet de cocotiers. Cette fourberie vous permet, une fois allongé sur le dos, d’avoir l’affront de regarder le soleil en face.

Les palmes des arbres dansent dans le vent, il ne fait même pas trop chaud, vous souriez comme un gros chat satisfait, le bonheur vous vient par vagues, inexorable comme le bruit de la mer, vous êtes tellement bien…

Laissez votre message après le coquillage, merci et bon weekend !

4 commentaires sur « Sous le soleil exactement #2 : répondeur »

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.