La daube du dimanche (feat. une histoire de fesses)

Devinette : quoi t’est-ce ?

On savait comment user ses fonds de culotte sur les bancs de la classe, j’ai découvert il y a peu que c’était ceux du bureaux qui en voulaient aux miennes, de culottes (entendre culotte dans le sens moyenâgeux du terme, merci).

Car depuis environ 4 ans, j’ai noté un phénomène nouveau et passablement agaçant : mes frocs, et tout spécialement mon uniforme préféré, mes jeans, rendent maintenant l’âme, à savoir la fesse (et plus la droite que la gauche, d’ailleurs) au bout d’un an. La preuve par la lumière en transparence ci-dessus, donc.

Et un an, c’est trop jeune pour mourir. Monsieur le maire, les super chaises très réglables que tu nous as offertes il y a environ 5 ans ont changé la vie de mon dos (elles m’ont aussi foutu du cambouis sur les doigts hier soir juste avant que j’attaque ma symphonie, même que j’étais dans la merde, mais passons), donc je les aime très fort. En revanche, leur revêtement un peu rêche est un froc killer, et ça c’est mal. Sauf que… après sondage auprès des collègues, je me rends compte que j’en suis la seule victime.

Oh ciel, mon bien aimé et défunt Maître avait donc raison lorsqu’il me disait, en franglais avec l’accent russe dans le texte :

Tu mouves trop, ça disturbe !

(il n’avait pas prédit que ça allait atteindre mon budget vestimentaire, le sage…)

Quoi ? Ben oui quand je joue, j’ondule du bassin car je suis un peu la Tori Amos du violon, je me dandine et  je vis le rythme. Mon corps ne conçoit pas la musique sans mouvement, et mon arrière train est un serial dancer. C’est pas ma faute si « I don’t want a place to stay/Get your boody on the floor tonight/Make my day« . Même si sur la piste il y a du Mozart, et même si je suis assise.

Je suis sûre que tu as une folle envie de synthé et de poum poum poum poum, là maintenant. Technotronic – Pump Up The Jam

8 commentaires sur « La daube du dimanche (feat. une histoire de fesses) »

  1. J’adore quand tu parles de ton travail en disant « au bureau » 😉 Ceci dit moi aussi j’usais plus vite mes jeans quand je travaillais dans un bureau avec des gens (et là à me relire je me dis « mon dieu que c’est intéressant ce que j’écris »).

    J'aime

  2. Si tu jouais du piccolo comme tout le monde, tu verrais que tout le temps passé à compter les mesures au lieu de jouer use les nerfs mais pas les jeans! (sinon cul-nu, discrètement sous une jupette quand-même, ça ferait pas un bon peeling?)

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.