Comment je suis tombée dans le panneau

On fait tous ça, je crois : prendre des conseils ou des phrases volées ça ou là au pied de la lettre parce que ça nous arrange… et surtout de la manière qui nous arrange. Il y aura bientôt un mois de ça, en déambulant dans Saint-Pétersbourg, je me suis arrêtée sous ce panneau.

En lisant be happy, il semblerait donc que j’aie plutôt compris lâche les chevaux, cherche où sont tes limites, sois fête du matin au soir et déborde ! Amen. Les vœux de l’enseigne furent exaucés : je fus heureuse et eus beaucoup de migraines (et peut être d’enfants aussi, va savoir ?). Ce très beau feu d’artifices devrait quand même se décider à s’éteindre, un jour… oui, un jour je devrais me décider à démasquer ce bal.

Sauf que, à part mon corps qui proteste, je me sens plutôt bien, moi, dans le rôle léger et inconséquent de l’allégorie de la fiesta. Bah, parti comme c’est, la seule façon d’en sortir sera d’appuyer sur le bouton d’arrêt d’urgence… le seul problème, c’est qu’à part Poussez-moi, je me demande bien ce qu’il y a d’écrit sur celui-ci. Oui, je me demande surtout s’il est compatible avec le be happy, que je ne suis pas prête de vouloir laisser tomber…

2 commentaires sur « Comment je suis tombée dans le panneau »

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.