En voie de disparition

Ça va arriver près de chez moi : une école d’ingénieurs s’agrandit et se modernise… et un vénérable bâtiment va disparaître.

Oui, il était un peu crasseux, carrément mal entretenu, mais moi j’avais un faible pour son grand porche délabré tout pourri. Pas juste parce que quand je vois un gros portail, j’aime imaginer le moment où il y avait un hôtel particulier derrière, avec des écuries, des pavés ancestraux et tout le bazar. Mais tout simplement à cause du bruit : voilà presque dix ans que je passe dans cette rue le weekend, et que je souris. Et pourquoi souris-je ? Dans ce bout de vestige, il y avait souvent un groupe en pleine répétition. J’y ai entendu du hard, du jazz, du très alternatif, du bon et du médiocre, en fait on s’en fiche complètement, c’était juste un plaisir de savoir qu’il y avait de la création en travaux et des pitchounets qui exagéraient sur le décibel là-dedans.

Et puis les ingénieurs, au moins, ils jouaient vraiment, pas comme les étudiants proprets en acrylique de « Hélène et les garçons » ! (ben oui,  depuis le temps vous devriez le savoir : quand je deviens lyrico-nostalgique, il y a souvent du navrant navet dans l’air). La direction refuse lâchement toute responsabilité en cas d’apparition des symptômes suivants : souvenance subite de rengaines miaulées par des des minettes sans saveur, vision en couleurs criardes façon vidéo, hallucinations auditives (ponctuation de toutes les conversations anodines par des rires en boîte mal placés), impressions permanentes d’artifices conduisant à une paranoïa délirante…

Pour être certaine que vous êtes sains, la rédaction va donc vous en servir une tranche : dans l’extrait ci-après, les garçons invitent les filles à venir admirer leur gros local de répétition, histoire de leur faire croire qu’ils savent faire autre chose que de jouer leur rôle comme des manches.



Quoique, à propos de chanter en vrai… accrochez-vous à vos zygomatiques, j’ai retrouvé le Cri-Cri d’Amour !

4 commentaires sur « En voie de disparition »

  1. Je n’ai même pas osé cliquer sur la video tant mon enfance a été irrémédiablement marquée par la niaiserie de cette série.

    J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.