T’as le bonjour d’Alfred

Une partition pas vraiment anodine s’est refermée hier soir. La voix humaine de Francis Poulenc, sur un texte de Jean Cocteau, est une œuvre dont le réalisme ne laisse pas indemne. Particulièrement la fin, non pas parce qu’elle est dramatique, mais parce que les thèmes et les harmonies qui tordent le cœur et l’émotion prennent […]

Lire plus