Agitée, non secouée

En vrac:

J’ai bien senti ce matin que mes dix heures de sommeil n’avaient pas suffi à gommer la semaine …

Et pourtant, malgré la fatigue je n’ai même pas eu le temps de :

– Râler parce qu’il a fallu que j’écoute le plombier m’annoncer que je dois acheter une chaudière. Dommage, pour la première fois depuis Mathusalem, j’étais sur le point de remarquer l’absence de signe « moins » devant tous les chiffres de mes relevés bancaires. D’un autre côté je n’entendrai plus la machine claquer, pourrai dormir sans boules quiès et avoir la certitude de ne pas mourir dans l’explosion.

– Pleurer parce que mon bourreau ostéopathe a mis le doigt sur un point tellement douloureux que j’ai  vraiment failli en tomber. Heureusement, j’étais couchée. Tomber couchée, ça fait moins mal. Quoique…

– M’extasier sur ma soupe au butternut que j’ai concoctée je ne sais même plus ni quand ni comment. De toute façon j’ai oublié de manger.

– Penser, tout court, parce que j’ai eu la joie d’écouter, réécouter, analyser un album qui m’a vraiment plu pour essayer d’en parler correctement. Quelques heures de clavier mal tempéré et de copier/coupé/gommé/retaillé. Pour Interlignage , qui vient d’ouvrir ses portes. Et j’avoue que je suis très fière ( et surtout carrément complexée ) de faire partie d’une équipe de plumes bien plus affinées que la mienne. Je n’oublie pas à qui je dois cette opportunité de chatouiller la chronique critique au départ (et bonne  chance avec le Rhinocéros !).

J’espère que mon torchounet sur les Local Natives  trouvera sa place entre les jolies lignes. Alors, au cas où …


12 commentaires sur « Agitée, non secouée »

    1. J’en connais un qui devrait ronronner fort en lisant tes compliments sur Interlignage ! Gloire à Labosonic, rassembleur de débats d’organisation et webmaster entre autres talents !
      Et merci pour les encouragements (grrrt)

      J'aime

  1. On est toujours plus critique à l’égard de sa propre plume que pour celle des voisins. La tienne n’a rien à envier à personne, bien au contraire, et ils ont bien de la chance à Interlignage…

    Sinon, quand tu parles de 10 heures de sommeil, rassure-moi, c’était pas en cumulé sur la semaine ?

    J'aime

    1. Oui c’est très gentil (grrrrt encore) mais je continue à admirer beaucoup mes collègues et je garde mon Ariel.
      Pour le sommeil, non non ! Mais en même temps j’ai passé quelques mauvaises nuits avant, dont une durant laquelle j’ai cauchemardé sur un cheval à bascule en plastique fushia qui me voulait du mal. C’est grave, docteur ?

      J'aime

  2. L’agression cauchemardesque d’un cheval à bascule fait parti de l’inconscient collectif depuis de nombreux siècle….ce qui est nouveau c’est la matière plastique. Pourquoi insister sur la matière ? La couleur n’est-elle pas plus importante dans la qualification de ce drôle d’animal ?
    … Je te laisse à réfléchir ;

    J'aime

    1. Parce qu’à mon âge, on ne fréquente normalement pas des jouets destinés aux 5-6 ans. Et puis je suis pas folle du rose, d’où la sensation d’agression. D’ailleurs j’ai été mordue par des chiens quand j’étais petite et je n’aime pas les abats, surtout quand ils sont roses.

      J'aime

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.