L’attaque de la moquette tueuse (poil aux pieds)

(je viens de remporter, décerné par moi-même, le « titre de post idiot » de platine, I’m such a winner, c’est trop bon!!)

Donc aujourd’hui, après avoir parcouru l’Europe en musique ( fine, délicate, émouvante, explosive, appréciée par des flopées de messieurs et de dadames joliment endimanchés pour nous faire honneur et nous applaudir à tout rompre, si bien que nous nous sentions tous auréolés de gloire avec les chevilles qui enflent , mais je m’égare ) je souhaitais vous faire partager un ébahissement et un questionnement quasi-quotidien de musicienne en tournée.

Mais qui donc, qui, ose décemment designer des moquettes d’hôtels (de luxe en plus !) aussi immondissimement affreuses ?? Qui prétend donc au titre de « moquetteur d’hôtel 4 ou 5 étoiles » ? Oserait-il/elle mettre sans honte des choses pareilles dans l’intérieur de son propre chez soi, hein ?? ( et encore, en plus, propre c’est vite dit: la moquette c’est certes moelleux sous la semelle mais quand même crapouillou, poussiéreux et accarienophile!* ). Donc sous vos yeux zorriffiés d’un Z qui veut dire Zblurghhh, may I introduce :

La petite boutique des horreurs

A Berlin, la version « utilitaire » pour faire des économies et ne pas peindre les numéros de chambre sur les portes

(Oui, je sais, mes bottes sont exceptionnelles)

A Budapest, la version « hypnose es tu là ?« , mais ça doit être parce que c’est la moquette du bar…

A Linz, la version « révisons la géographie autour du Danube« , suivie de ses amies « relisons le dictionnaire des noms propres en attendant l’ascenseur« 

A Belgrade, une jolie tentative de tapisserie dans le hall, genre Léger/Picasso/Chagall avec des couleurs à la Derrick…mais honnêtement, qui voudrait d’un homme sans pieds ? Sinon, par terre, c’est désespérant d’abomination…on raconte même que sous les plinthes couraient quelques blattoptères disgracieux…

Pour finir dans le style « opulent, chic et fleuri ( et presque glamour ) » à Zagreb


Parce qu’en plus, non seulement c’est laid, mais en plus du coup c’est carrément effrayant! Tout ça nous donne dans les couloirs une ambiance digne d’hôtels glauques, façon Barton Fink de Joel Coen dans le meilleur des cas. En rajoutant un pitchounet sur un tricycle, on se rapproche quasiment de Shining de mon très cher Stanley K. Ce qui fait que rentrer tard le soir pour une frêle et délicate jeune fille dans ce genre de paysage ( et même tôt, vu comment c’est glacial ) , et ben c’est carrément pas glop , voire « Plog », dirait le comissaire Adamsberg dans le dernier opus de Fred Vargas. Poum, trois monstres sacrés pour le prix d’un, c’est bientôt Noël  !!

C’est inouï: le seul truc qui rassure dans tout ça c’est l’extincteur…

Honnêtement…plus jamais ça, non ? Bon, sinon, ça paye bien, moquetteur moche ?

* L’accarienophilie n’est ni un mode de collection, ni une perversion sexuelle très très sportive, c’est juste un faux gros-mot, quelle créativité !

6 commentaires sur « L’attaque de la moquette tueuse (poil aux pieds) »

Répondre à pablo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.